Mon expérience du Jeûne + conseils

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez pu voir en Mars que j’ai entrepris un jeûne de 5 jours pour la première fois. Pour ma première expérience (j’avais déjà fait plusieurs cures de jus et mono-diètes), je trouvais interessant de la partager avec vous et j’ai remarqué que ce sujet intriguait beaucoup, nous avons beaucoup échangé à ce sujet. Vous pouvez retrouver mon ressenti jour après jour en story permanente «jeûne» mais je souhaitais aujourd’hui vous faire un retour complet avec plusieurs semaines de recul et vous donner mes conseils si vous souhaitez tenter l’expérience seul.



Pourquoi Jeûner ?


Nous sommes tellement habitués à manger plusieurs fois par jour que se priver de nourriture pendant plusieurs jours peut sembler contre-intuitif. En effet, le jeûne doit vraiment être vu comme une expérience à part entière et être entrepris de façon 100% volontaire. J’insiste sur ce point car si la motivation et l’envie ne sont pas là, le jeûne sera forcément mal vécu et entrainera un stress contre-productif pour l’organisme. De plus, la faim et le fait de se nourrir n’a pas une dimension seulement biologique mais aussi psychologique et émotionnelle très importante.


Alors quels sont les interêts du Jeûne ?


Le fait de ne pas manger va tout simplement permettre à l’organisme, en particulier le système digestif, de se mettre au repos. En effet, mâcher, digérer, assimiler et éliminer tout ce que nous ingérons chaque jour utilise 20 à 30% de notre énergie quotidienne (oui c’est énorme et encore, c’est dans le cas ou le processus de digestion est optimal…).

Notre corps est fait pour s’auto-guérir et s’auto-nettoyer tout seul, mais nos habitudes de vie peuvent soit l’y aider, soit l’en empêcher. C’est pourquoi jeûner va permettre de laisser à l’organisme le temps et l’énergie nécessaire pour se débarrasser de ce qui l’encrasse, et se concentrer sur les processus de renouvellement cellulaire et de gestion des toxines.

C’est en fait une des méthodes de détoxication du corps (car il y en a beaucoup d’autres), assez simple à mettre en place et économique. On peut tout de même l’accompagner de plantes drainantes des émonctoires (organes d’élimination) mais je vous conseille de demander l’avis d’un professionnel de la Naturopathie pour cela.

Le jeûne a également fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques sur le ralentissement du vieillissement cellulaire, la croissance des cellules cancéreuses et d’autres effets dans les maladies chroniques sur lesquels je ne reviens pas dans cet article mais n’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d’informations ou être accompagné.


Quels sont les effets du jeûne ?


Les deux premiers jours

Jusqu’à environ 36h de jeûne, votre corps attend le prochain repas et vous pousse donc à trouver de la nourriture. C’est un processus normal car il y est habitué et que les hormones sécrétées après un repas et dans les heures suivantes sont faites pour réguler la prise de nourriture. C’est donc à ce moment là que la faim se fait le plus ressentir, même si elle reste gérable si on s’est lancé avec motivation. L’organisme puise à ce moment là l’énergie dans ses réserves de glycogène (forme stockable du sucre) présentes dans le foie et les muscles.

D’autre part, étant donnée l’absence d’aliments, le corps n’a plus d’apport en minéraux et en sel et se vide donc d’une certaine quantité d’eau. C’est la raison pour laquelle la perte de poids est la plus importante les premiers jours, mais elle est donc artificielle à ce moment là et peut surtout avoir un effet très désagréable : la baise de tension. Elle se manifeste par une fatigue importante, des maux de tête et des possibles vertiges en passant de la position assise à debout. Cet effet indésirable mais normal peut être contré par un apport en sels minéraux comme nous le verrons plus bas.


Le 3ème jour

Il est réputé pour être le plus difficile et c’est le cas. Tout simplement car lorsque les réserves en glycogène sont épuisées, l’organisme doit aller puiser dans les graisses mais les mécanismes pour y parvenir sont longs et entrainent ce que l’on appelle une crise d’acido-cétose. Comme l’hypotension, cette crise donne des maux de tête et peut-être contrée, mais c’est aussi le moment ou le corps commence à puiser dans ses réserves et à se débarrasser de ces toxines.

De plus, la sensation de faim a déjà disparue depuis la moitié du 2ème jour général.


4ème et 5ème jour

Passée la crise de cétose, le jeûne devient normalement plus facile. L’organisme a bien engagé son métabolisme énergétique sur les graisses, et est habitué à ne plus manger.

Suivant le taux de toxines initial, les signes de détoxication (maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, troubles digestifs…) peuvent persister ou s’apaiser, cela dépendra de chacun. Certaines personnes rapportent que les effets bénéfiques du jeûne se font sentir à ce moment là, qu’ils ressentent une plus grande énergie, une meilleure clarté mentale, voire même une sorte d’euphorie (celle-ci est due à la production de corps cétoniques lorsque l’organisme puise son énergie dans ses réserves de lipides).

Personnellement, j’allais bien sur le plan physique (je ressentais seulement des douleurs sourdes dans les jambes), mais je commençais à me sentir irritable, démotivée, négative voire anxieuse… J’ai donc préféré m’écouter et rompre le jeûne à la fin du 4ème jour.

Mon recul personnel


Je me suis lancée dans le jeûne pour des raisons autant physiques qu’émotionnelles. Je ressentais le besoin de terminer un cycle (celui de mes études) avant d’en démarrer un nouveau et de me servir du jeûne pour me débarrasser de ce qui ne m’était plus utile. Je souhaitais également tester afin d'avoir un recul personnel dessus car je préfère me faire mon propre avis sur telle ou telle expérience avant d’en parler et surtout d’accompagner de futurs consultants. J’étais donc très motivée et dans les meilleures dispositions pour jeûner. Je me suis bien préparée, et j’avais pris en compte les effets indésirables et les solutions pour les éviter ou soulager.

J’en retiens une très belle expérience, dont j’ai sentie les principaux effets bénéfiques :

- la sensation de légéreté du fait de l’absence de digestion

- la sensation de détox et d’élimination des toxines

- mais surtout la sensation de me reconnecter à ma faim réelle, et à l’envie de me nourrir encore plus que de m’alimenter

En revanche, j’ai encore plus pris conscience à quel point j’appréciais ma vie active, mon énergie quotidienne, mon attitude positive et faire du sport chaque jour.

J’ai donc atteins mes objectifs en faisant ce jeûne même si je me suis arrêtée à 4 jours, et je suis satisfaite de m’être écoutée par envie de retrouver ma vie active et saine.

Je pense que je referai un jeûne à chaque changement de saison mais de 3 jours accompagnés d’une détoxication en fonction de mes besoins, et sûrement des jeûnes de 24h quand j’en ressentirai le besoin au niveau digestif.


Précautions, contre-indications et effets indésirables du jeûne


Comme je l’avais expliqué avant de commencer, jeûner n’est pas une bonne idée pour tout le monde, et je vous encourage vivement à demander l’avis de votre médecin ou de votre Naturopathe si vous y pensez.

Le jeûne est fortement déconseillé aux personnes diabétiques, aux femmes enceintes et allaitantes, aux personnes n’ayant pas de réserves graisseuses suffisamment importante, et doit être absolument accompagné si vous souffrez d’une maladie chronique, inflammatoire ou auto-immune pour laquelle le jeûne peut avoir un effet bénéfique.

De plus, il nécessite une préparation en amont et une adaptation de l’alimentation après, c’est ce que l’on appelle la descente alimentaire et la reprise alimentaire. En effet, il est important de préparer progressivement l’organisme à la diminution d’apports, de soulager le système digestif en amont et de reprendre après le jeûne une alimentation spécifique et progressive.


Pour les effets indésirables, les plus communs sont, comme évoqués plus hauts, une hypotension, des maux de têtes et autres signes de détoxications qui peuvent aller jusqu’à la crise curative en fonction du taux de toxines accumulé (troubles digestifs, douleurs articulaires et musculaires, plaques et démangeaisons cutanées…).


Foire aux Questions

A-t-on très faim pendant le jeûne ?

Paradoxalement, la sensation de faim s’estompe très rapidement dès le début du 2ème jour.

Au quotidien cette sensation est en fait souvent artificielle, due à la production d’insuline en réponse à l’apport en glucose après un repas. C’est cette hormone qui est responsable de la baisse de glucose dans le sang qui va ensuite stimuler l’appétit. C’est pour cette raison que vous pouvez avoir faim 2h après avoir mangé un paquet de bonbons ou le lendemain d’avoir mangé un macdo alors que vous aurez très peu faim en jeûnant plusieurs heures…


N’est-ce pas trop difficile de voir les autres manger ?

Si, c’est clairement cela le plus difficile (du moins au début), la tentation de manger en voyant de la nourriture (devant soi ou même à la télé) plutôt que la faim.

Pour ma part j’ai eu de la chance d’être aidée par mon compagnon qui pratiquait le jeûne intermittent le soir, je ne le voyais donc pas manger le matin et le midi et je n’étais pas tentée, ce qui m’a j’en suis sûre grandement faciliter le jeûne.

C’est pour cela que je vous conseille de bien préparer votre jeûne, votre démarche à part entière et si possible d’être en vacances voire même de vous isoler ou de pratiquer le jeûne avec d’autres personnes. Il existe d’ailleurs des séjours spécifiques pour cela.

Quel effet a le jeûne sur le moral ?

Comme je l’ai évoqué plus haut, j’ai vraiment eu une baisse de moral au 4ème jour à ne pas me sentir moi-même, mais les premiers jours je me sentais au contraire très bien et beaucoup de personnes ressentent justement un mieux-être très important grâce au jeûne. Il a même montré des effets bénéfiques sur la dépression.

Encore une fois je pense que cela dépend de la personne, de la façon dont vous vivez en dehors du jeûne, de la façon dont vous vous alimentez… Et c’est pourquoi je vous encourage une fois de plus à le faire accompagné.


Est-ce que l'on peut faire du sport pendant le jeûne ?

Personnellement j’ai choisi de ne pas en faire, mise à part une marche quotidienne. Je me suis concentrée sur le repos et j’avais peur que le sport me donne faim.

Il existe en revanche des séjours jeûne-randonnée donc c’est possible mais encadré et il faut par contre éviter les sports intenses ou à risque d’accidents comme le vélo si vous faites une hypotension par exemple…

Mais une règle d’or qui reste la même : s’écouter, si le besoin s’en fait sentir vous pouvez, sinon prenez ce temps pour vous reposer.


Est-ce que jeûner sur plusieurs jours est mieux que le jeûne intermittent ?

Je dirai que c’est une démarche différente, tout dépend encore une fois de la personne et de ses habitudes de vie.

Le jeûne intermittent consiste à manger chaque jour sur une fenêtre horaire restreinte de 8h (en général pour la version 16/8) et de laisser le système digestif au repos. J’apprécie ce principe si il est bien réalisé (c’est à dire adapté aux besoins caloriques et à l’activité physique) car il permet de laisser un temps d’auto-nettoyage au corps quotidiennement ce qui évite d’une certaine manière une accumulation de toxines.

Cependant, il ne permet pas un processus de détoxication profond comme c’est le cas pour le jeûne de plusieurs jours et aura possiblement moins d’effets sur certaines problématiques spécifiques.


Mes conseils si vous souhaitez vous lancer seul à la maison

  • Jeûner seulement si c’est une démarche 100% volontaire, motivée par une envie de prendre soin de vous et non de vous restreindre

  • Vous renseigner, vérifier que vous n’avez pas de contre-indication et au mieux vous faire accompagner par un professionnel de la Naturopathie.

  • Voici un livre qui peut vous aider : Le Guide pratique du Jeûne

  • Et un site pour vous informer : Jeûner à la maison.fr

  • Ne pas jeûner en hiver ou si vous êtes fatigué, malade ou en convalescence

  • Arrêter le jeûne si vous vous sentez trop faible ou que le processus ne vous plait pas du tout

  • Consommer des sels minéraux quotidiennement pour éviter l’hypotension : Enabiane du Laboratoire Pileje que vous pouvez trouver en pharmacie

  • Si vous êtes sportifs et que vous ne souhaitez pas perdre trop de masse musculaire, conservez un ou deux shaker de protéines végétales par jour pour éviter le catabolisme


Et surtout, écoutez-vous, prenez-soin de vous...

N’hésitez pas à m’écrire si vous avez la moindre question et à me dire si cet article vous aura été utile !

A très vite,

Mathilde ✨

19 vues0 commentaire