Gestion holistique du stress : comment diminuer sa charge mentale ?

Mis à jour : mars 17



Bonjour à tous, aujourd’hui je voulais revenir sur un sujet que j’ai abordé cette semaine sur Instagram : le stress et la charge mentale. Grand sujet de notre société, je voulais vous expliquer ma vision de tous les stress, et l’approche avec laquelle je souhaite les aborder dans ma pratique.


Lorsque l’on parle de stress, on pense souvent au stress psychologique, à la pression mentale que l’on ressent sur les épaules. Il s’agit souvent d’une pression professionnelle ou de la tension générée entre la vie personnelle et professionnelle.


C’est celui dont on a le plus conscience, et le seul sur lequel on pense pouvoir agir en général.


Effectivement, nous pouvons soit diminuer nos contraintes, soit suivre les conseils que l’on entend partout c’est à dire se détendre, prendre du temps pour soi etc. Même si ces conseils sont très efficaces, encore faut-il pouvoir les appliquer sans que le temps de repos n’engendre ensuite encore plus de stress (par exemple prendre du temps pour soi mais que les corvées prennent du retard…). C’est là que la charge mentale intervient selon moi. Nous pouvons mettre nos tâches sur « pause », mais si la charge mentale ne diminue pas, le stress ne diminuera pas non plus.


C’est une des raisons pour lesquelles je souhaite toujours faire l’état des lieux du stress d’une personne, de sa charge mentale et des possibilités d’amélioration de celle-ci. Je vous parlerai ensuite du stress physique qui est important également et qui demande une approche holistique, représentée dans ma future pratique par l’alliance de la naturopathie avec le développement personnel.


Alors, comment diminuer sa charge mentale ?



Diminuer sa charge mentale revient à diminuer les choses qui parasitent notre temps et notre cerveau, car elles ne sont pas vraiment utiles à notre bonheur, épanouissement, notre productivité ou nos performances.


Cela revient forcément à simplifier sa vie, à rendre des routines quotidiennes plus simples, plus productives ou plus agréables à faire, à mieux s’organiser, à diminuer les contraintes sociales qui ne nous apportent pas d’épanouissement, à avoir moins de choses, à devoir penser à moins de choses, à être plus acteur que spectateur de notre vie.


Selon moi, il n’y a pas de méthode universelle pour arriver à diminuer cette charge mentale (comme le minimalisme par exemple qui ne correspond pas à tout le monde), mais une multitude de petites actions à tester dans son quotidien en ayant pour seul objectif de simplifier sa vie et de se sentir plus libre, moins dépendant des conditions externes.

C’est pour cette raison que je vous partage des #tips toutes les semaines en post, et qu’il y aura toujours des conseils personnalisés dans mes accompagnements, dans cet objectif là.


Je tiens également à cette approche dans mes bilans, car comme la Naturopathie évalue la vitalité de la personne pour choisir le protocole à adopter, j’évalue la charge mentale pour ne pas que mes conseils rajoutent du stress mais au contraire le diminuent fortement. C’est très important si l’on veut que les nouvelles habitudes soient efficaces ET durables.



Le stress physique


Nous avons moins conscience de ce stress, moins conscience des tensions constantes auxquelles notre corps est exposée sans cesse.

Attention, comme pour le stress psychique, ce n’est pas forcément mauvais de subir un stress. En effet il est même vital car c’est la tension exercée qui nous permet de nous adapter et de devenir plus fort, d’évoluer sans cesse. Mais comme TOUT, c’est bien la DOSE QUI FAIT LE POISON.


Par exemple, l’activité physique constitue un stress : à quantité optimale c’est vital, oui vital car l’absence totale d’activité est un stress encore plus intense pour l’organisme qui ne peut pas se libérer de ce qui l’encrasse, et l’excès d’activité ou mal exécutée en est aussi un très important.


Autre source importante, ce sont tous les polluants/toxiques auxquels notre corps est confronté quotidiennement : l’excès de graisses saturés, de sucre, d’alcool, d’additifs, de perturbateurs endocriniens etc…

L’organisme doit dépenser une énergie folle pour analyser et éliminer ces substances inutiles à son bon fonctionnement, il en reste donc beaucoup moins pour les autres activités…


Tous ces stress modifient notre physiologie, nous mettant en mode « alerte » (ce à quoi sert le stress et ses mécanismes à la base) mais de façon trop prolongée, entrainant un épuisement de l’organisme et de notre mental qui ne peut plus aussi bien faire face à ce qui vient le perturber.

C’est comme ça que nous nous sentons moins en forme, moins heureux, moins capables et qu’au fil du temps les pathologies peuvent s’installer.



Mon objectif est donc de travailler sur ce terrain avant toute chose, et comme vous l’avez constaté de prendre le maximum de paramètres en compte dans la vie de chacun, pour diminuer le stress global, et se sentir plus épanoui et performant au quotidien !



J’espère que cet article vous a plus, n’hésitez pas à le partager et laisser un commentaire si c’est le cas !

A très vite, Mathilde